Le compostage et le broyage

Une affaire qui marche...

Les déchets verts

Un bon tiers des déchets ménagers sont des déchets organiques facilement décomposables : épluchures de légumes, restes des repas. Les composter nous permet d'alléger notre poubelle (et la taxe qui y est adjointe), et de constituer un engrais naturel (qui remplace avantageusement le terreau en sac).

Pourtant, nombreux sont ceux qui pratiquent encore le brûlage des déchets verts alors même que cela est interdit depuis de nombreuses années.

Le brûlage des déchets verts est loin d'être anodin : cela contribue à la pollution de l'air en émettant de forte concentration de particules fines, ce qui a un impact sur la santé humaine.

Pour information, le seuil de recommandation et d'information (50 ug/m3 de poussières fines en moyenne pendant 24 heures) a été dépassé plusieurs fois sur la région au cours du mois de février dernier.

 

Réglementation

La Préfecture vient à nouveau d'alerter les collectivités sur l'interdiction de brûler les déchets verts rappelée dans la circulaire du 18 novembre 2011 :

"Le brûlage des déchets verts peut être à l'origine de troubles de voisinage générés par les odeurs et la fumée. Il nuit à l'environnement et à la santé et peut être la cause de la propagation d'incendie. Plus spécifiquement, le brûlage à l'air libre est source d'émission importante de substances polluantes, dont des gaz et particules dont la concentration dans l'air doit rester conforme aux normes de la directive 2008/50/CE concernant la qualité de l'air ambiant et un air pur pour l'Europe".

"Le brûlage est interdit toute l'année en zone péri-urbaine et rurale lorsqu'il existe pour la commune ou le groupement de communes un système de collecte et/ou des déchetteries". Ce qui est le cas pour notre commune.


Le compost

Le compostage reproduit le cycle naturel de la matière. Cette transformation en humus est un processus biologique qui nécessite de l'oxygène. Ce processus est lié à l'action des êtres vivants du sol : bactéries, champignons, insectes, vers de terre...

Le compost obtenu restitue au sol la matière organique et les éléments nutritifs nécessaires à la croissance des plantes.

Le broyage et le Bois Raméal Fragmenté (BRF)

Nous sommes nombreux à utiliser du paillage à partir des écorces de pin. Mais, ce paillage acidifie la terre, ce qui n'est pas très bon pour nos rosiers. Dans le même temps, nous faisons le constat que les "déchets verts" à la déchetterie, suite aux tailles, prennent rapidement du volume.

Alors pourquoi ne pas broyer nos propres déchets de taille et utiliser ce broyage comme paillis ? Ce paillis empêche la pousse de plantes indésirables et garde la terre plus fraîche. Le prix d'un bon broyeur n'est pas à la portée de tous, mais en l'achetant à plusieurs comme cela s'est fait dans un village au Cellier, cela nous permet quelques économies (pour la planète aussi !). Le Bois Raméal Fragmenté désigne des jeunes branches broyées et disposées aussitôt à même le sol en vue de faciliter le travail des bactéries et des champignons. Cette décomposition favorise la création de l'humus, recréant un sol riche de type "forestier". Importante production d'humus, amélioration très nette de la structure des sols, rendements accrus, réduction des besoins en eau, moins de désherbage, de maladies et de ravageurs, voilà quels sont les avantages de cette technique.

 

Conseils pour le compost

Comment faire du compost ?

Il suffit de varier la nature des déchets et de les mélanger le mieux possible les uns avec les autres.

Par exemple :

  • mélanger les épluchures et les restes des repas avec les déchets du jardin : tontes, taille de branches préalablement broyées (éviter les tailles de thuyas car ceux-ci ont une propriété anti-germinative),
  • alterner le plus souvent possible des matériaux secs et mouillés, jaunes et verts, fins et grossiers.

Astuces

  • faire sécher un jour ou deux les tontes de gazon avant de les introduire dans le composteur. Il est judicieux de les mélanger avec les feuilles mortes de l'automne (30 % d'herbe fraîche au maximum),
  • mélanger régulièrement chaque nouvelle couche avec la précédente afin d'aérer le compost,
  • garder une petite fourche à portée de la main (attention à ne pas tasser les différentes couches de déchets, cela empêcherait la circulation de l'air),
  • mettre le composteur à l'abri de la chaleur et du gel,
  • fermer le composteur avec son couvercle. Celui-ci permet de conserver la chaleur (45 °C) favorable à la biodégradation. Il limite l'évaporation et inversement, les excès d'eau de pluie.

Quand faut-il apporter du compost au jardin ?

L'automne et le printemps sont les périodes idéales pour épandre le compost car les vers de terre sont très actifs et auront tôt fait de l'enfouir et de le transformer en humus.

Le compost encore jeune (4 à 6 mois) peut être étalé sous les arbres et arbustes, les rosiers, entre les rangs de légumes (par exemple entre les poireaux ou les pommes de terre après les avoir buttés). Griffez la terre en surface pour la mélanger un peu au compost, puis paillez.

Et pour ceux qui n'ont pas de jardin ?

Il est possible de se regrouper et de créer un composteur collectif. L'association COMPOSTRI peut vous aider à monter ce genre de projet. Elle accompagne une quarantaine de projets sur le département et plus récemment dans le domaine de la restauration scolaire.


Creasit, création site internet Nantes 44