Chapelle St-Méen

Chapelle de St-Méen
Intérieure de la chapelle St-Méen

L'actuelle chapelle Saint-Méen daterait du XVIIe siècle. Située dans le village du même nom, elle fait partie de l'ancien prieuré Saint-Méen, auquel dépendait aussi la chapelle Saint-Symphorien de Couffé.

La chapelle du Cellier a été entièrement rénovée par son propriétaire, M. DIAT. 

La création du prieuré est liée à une légende qui remonte au VIIe siècle, lorsque Méen, revenant d'un pèlerinage à Rome, eut à combattre un dragon qui terrorisait les populations du Cellier. Cette légende traduit en fait la survivance de cultes païens, d'origine celtique, encore vigoureux à cette époque et contre lesquels Méen dut lutter. Il semblerait que c'est autour du Xe siècle qu'une fondation religieuse fut créée, relevant directement du monastère que Méen créa antérieurement en forêt de Gaël (en Îlle-et-Vilaine). À la suite des invasions normandes du IXe siècle, le prieuré fut relevé en 1132, à l'initiative d'un dénommé Guéthénoc. Il servit d'étape1 pour les pèlerins venant par bateaux des rives de la Loire et de la Sarthe pour se rendre au monastère de Gaël. La dévotion au Saint s'est en effet concrétisée par des pèlerinages pratiqués jusqu'au XVIIIe siècle pour guérir des maladies de peau, en particulier une sorte de lèpre qui rongeait les mains jusqu'à l'os,  et qui était appelée « mal Saint-Méen ».


1 - Léon Maitre avance l'existence d'un hôpital. MAITRE, Léon, Le Cellier, à propos de la disparition de sa vieille église in : semaine religieuse du diocèse de Nantes, 1898, p.665

Retour menu