Château du Cerny

Château du Cerny
Château du Cerny

À l'origine, le château du Cerny était une construction à trois niveaux et cinq travées. Plus tard, deux ailes latérales à deux niveaux et une travée furent créées dans la continuité de l'édifice. Son élégance réside particulièrement dans l'emploi du tuffeau pour les corniches, chaînages d'angle et encadrements des baies.

Sur la façade principale, côté est, les lucarnes ornées d'un fronton cintré et de deux volutes sous leur corniche se détachent gracieusement de la couverture en ardoise. La travée centrale, en décrochement pour créer visuellement un avant corps, est surmontée d’un fronton double: le premier fronton, arqué, est traversé par une lucarne à fronton triangulaire. Ce dernier est également interrompu par une niche abritant une statue de la Vierge. Enfin, dernier raffinement stylistique : les portes et fenêtres s'inscrivent dans un cadre harpé, au linteau délardé en arc segmentaire. Celui de la porte principale en est bien sûr gratifié d’une corniche sur consoles.

Dans le parc, à proximité d'un puits ou d'une réserve d'eau de grand diamètre, une chapelle surmontée d’une flèche en ardoise à quatre pans ajoute à la sérénité des lieux. De l'autre côté, c'est une ferme, presque décorative, qui s'offre à la vue. Ses trois bâtiments contigus sont disposés en U. Les murs, non enduits, montrent un appareillage en pierre de pays particulièrement soigné. Sous la couverture en tuile, la corniche en pierre fait saillie. Comme bon nombre de fermes des environs, ses ouvertures possèdent, au niveau du linteau, des pierres disposées en arc rayonnant. Certaines ont été blanchies à la chaux, d'autres sont soulignées par le travail rythmé de la brique.

 

Les propriétaires successifs du Cerny :

Dates

Propriétaires

1815

Mathurin COUILLAUD


Mathurin fils COUILLAUD


Paul COUILLAUD


Jean COUILLAUD, épouse Geneviève MAHOT, fils de Paul


Pierre COUILLAUD


Michel COUILLAUD, fils de Pierre

La famille COUILLAUD était originaire de Bouguenais où l’on retrouve la trace dès le XVIIe siècle.

 

Mathurin COUILLAUD

Vers 1789, Mathurin COUILLAUD était commerçant en papier rue Jean Jacques Rousseau à Nantes. À 49 ans, il épousa au Cellier Françoise, fille du charpentier BRISSET. Leur fils, Mathurin, accéda à un rang social plus élevé en épousant Clotilde BICHEIRON dont le père était receveur de l’Enregistrement. De cette période, sans doute vers 1815, remonte la construction du château du Cerny dans la propriété qui donne sur la Loire et la Coulée. Mathurin fils fonda le cabinet de gestion de biens COUILLAUD - GRASSAL dont les principaux clients étaient des propriétaires terriens. Il habitait alors à Nantes, rue des Arts (actuelle rue Jean Jaurès).


Paul COUILLAUD (1854 Nantes - date de décès non connue)

Paul, né le 4 février 1854 à Nantes, fut le seul fils de Mathurin (ses sœurs décédèrent jeunes). Il épousa Cécile ROUSSELOT et fonda le Crédit Nantais1 avec deux associés, Paul ROUSSELOT et Paul PICHELIN, d’où l’expression « les trois Paul ». Paul COUILLAUD était propriétaire d’un bel hôtel particulier au 15 rue Deshoulières et d'une résidence de campagne au Cerny. Un de ses neveux le décrivait comme étant « un très bel homme, grand, distingué, avec de grandes moustaches, autoritaire et ascétique, qui imposait et personne n’osait rien dire devant lui… un fervent chrétien, rigoriste et fortement marqué de Jeansénisme… un notable qui avait une place assez prépondérante auprès du curé, président du Conseil Central de Saint Vincent de Paul. La famille avait un banc réservé au premier rang dans l’église. Il était royaliste, partisan du comte de Chambord. Après le dîner, se tenait la prière du soir et dans la chapelle, se déroulait une fois par an les Rogations »2.

Parmi ses 9 enfants, trois devinrent religieuses. Une fille épousa Pierre DESCLOS le PELEY. Un fils, Jean, épousa Geneviève MAHOT et mourut à 44 ans. Deux autres fils furent victimes de la Grande Guerre : François, maréchal des logis, mort au champ d’honneur à 27 ans, près de Berry (dans l’Aisne) et son frère cadet, Pierre, sergent, mort à 21 ans à Douaumont. Un de ses fils, Pierre, reprit le Cerny, occupé aujourd’hui par ses enfants, tandis que le plus jeune, Michel, s’installa au Pé-Bernard.

La famille COUILLAUD exerçait des responsabilités au niveau paroissial : Paul COUILLAUD présidait le Conseil de fabrique en 1895 lors de la construction de la nouvelle église. La première cloche installée dans le clocher de l’église du Cellier, en 1920 se prénommait Cécile. Elle eut pour marraine Cécile DESJARDINS, donatrice et nièce de Madame FLEURY3 et pour parrain, Paul COUILLAUD.

(extrait de « Histoire et Patrimoine du Cellier – Les demeures historiques » (tome I), 2011.


1 - Ancêtre du Crédit Industriel de l’Ouest (C.I.O.)

2 - Témoignage de Charles BUREAU, neveu de Paul COUILLAUD .

3 - Propriétaire de Château-Guy.

Retour menu